Top 14 : les recrues 2011-2012 de l'hémisphère Sud - Rencontresaxv.fr Rencontresaxv.fr est un blog sur le rugby qui traite de l'actualité du rugby en France et à l'étranger. Pour les amoureux du ballon ovale

Rencontresaxv.fr

Top 14 : la vérité sur les recrues Sudistes

Bakkies Botha, nouvelle recrue du RCT

Bakkies Botha, nouvelle recrue du RCT

Le Top 14 reprend vendredi. A cette occasion, Adrien de SudRugby.com revient sur les recrues Sudistes des clubs de notre championnat. Et, il n’est pas toujours tendre.

Les nouvelles stars du Top 14

Matt Giteau (Toulon)
La non-sélection de Matt Giteau (les 30 de Robbie Deans) a été perçue comme un coup de tonnerre en France où beaucoup pensaient qu’il était encore le maitre à jouer des Wallabies. Ce n’est plus le cas depuis 2009 où il s’est enfin vu détrôner par Quade Cooper, pour ensuite être écarté du centre (son vrai poste est 12!) par Berrick Barnes.

Giteau n’est pas un meneur, ni d’hommes ni de jeu, la déchéance des Brumbies depuis deux ans tout comme le développement fébrile de la Western Force quand il y évoluait en attestent. Entouré de Gregan, Larkham et Mortlock (à sa grande époque) il rayonne, mais dès qu’il se voit confier les clés du camion, il déçoit. Est-ce pour autant une mauvaise recrue pour le RC Toulon? Derrière un stratège comme Wilkinson, s’il est fixé au poste de premier centre, Matt Giteau sera un précieux atout pour l’attaque toulonnaise. S’il se voit confier l’ouverture, le succès pourrait être au rendez-vous face à de faibles équipes mais s’il trouve en face de lui une grosse défense, ses choix seront très vite limités et pourraient mettre en difficulté le RCT.

Bakkies Botha (Toulon)
Les supporters du club de la rade pourront également se satisfaire de la signature de Bakkies Botha, le seconde ligne des Springboks et des Bulls, dont l’arrivée en France devait déjà avoir lieu il y a deux ans. Décrit uniquement comme un boucher violent dans l’hexagone, il est surtout un gros défenseur, abattant un énorme travail pendant les rencontres, sans forcément pourrir tous les regroupements même s’il ne se gène pas pour chambrer.
A seulement 31 ans, il ne devrait pas venir en France en préretraite, mais il devra faire attention à son physique qui a beaucoup subit depuis deux ans.

Gurthro Steenkamp (Toulouse)
Les Toulousains, Guy Noves en tête, ne pourront plus nier qu’ils visent le doublé en cette saison 2011-12. Le recrutement de Gurthro Steenkamp, Luke Burgess, Luke McAlister et très probablement Gary Botha en est l’illustration parfaite. Élu Springbok de l’année 2010, Steenkamp a été longtemps blessé depuis janvier mais a récupéré sa place de titulaire le week end dernier. Très mobile malgré quelques défaillances en mêlée fermée, il reste une excellente acquisition pour le pack toulousain, tout comme Gary Botha, devancé chez les Bulls pour des raisons politiquement correctes par Chiliboy Ralepelle, qui sera un meilleur remplaçant de Servat que Lacombe ou Vernet Basualdo.

Luke Burgess (Toulouse)
Après un coup de mou en 2009, Luke Burgess est revenu très fort grâce à la concurrence bénéfique de Will Genia. Aujourd’hui moins prévisible et plus offensif, il propose un jeu proche de celui de Byron Kelleher.

Luke McAlister (Toulouse)
Enfin Luke McAlister, premier centre pouvant également jouer à l’ouverture, arrive revanchard après avoir été snobé par Graham Henry. Véritable utility back, expérimenté du haut niveau, il est le remplaçant idéal d’un Jauzion vieillissant.

Sitiveni Sivivatu (Clermont)
Du côté clermontois, incroyablement oublié par Graham Henry dans la liste des 30 All Blacks pour le mondial, Sitiveni Sivivatu arrivera plus tôt en Auvergne. Très probablement déçu de sa non-sélection, il faut espérer que Vern Cotter trouve les mots pour remotiver l’ailier d’origine fidjienne. Encore âgé de moins de 30 ans, Sivivatu n’est pas venu en pré retraite et ses coups de génie entrevus en Super Rugby ou Tri Nations cette saison offriront du spectacle en Top 14.

Arnaque à la star!

Neemia Tialata (Bayonne)
Si vous suivez mon compte twitter, vous devez déjà savoir que je ne porte pas Neemia Tialata dans mon cœur, loin de là, surtout quand je lis partout en France que Bayonne a recruté du lourd avec « le pilier droit des All Blacks ». Alors NON, Tialata n’est pas le pilier droit des All Blacks, il n’était même pas titulaire indiscutable cette saison avec les Hurricanes.

Second derrière Carl Hayman jusqu’en 2007, il a enfin eu sa chance comme titulaire avec les Blacks en 2008 et 2009, chance qu’il n’a pas su saisir car tour à tour Wyatt Crockett, John Afoa puis les frères Franks l’ont écarté d’un poste où il n’a jamais été qu’un choix par défaut. Des mots peut être durs mais réalistes, Tialata doit aujourd’hui être le cinquième choix à droite de la mêlée Néo Zélandaise. Il pourrait être un bon pilier pour Bayonne, mais pas la star attendue. Je lis souvent que l’Aviron (club contre lequel je n’ai absolument rien) a fait un très gros recrutement et pour le moment je dois être un des seuls à penser le contraire.

Joe Rokocoko (Bayonne)
Les vidéos qui tournent sur le net à propos de Joe Rokocoko datent essentiellement des années entre 2003 et 2007 où il était effectivement le meilleur ailier du monde. Il a désormais bien entamé la pente descendante et ne faisait même pas partie de la « injury list » de Graham Henry avec les All Blacks.

Il est pourtant encore jeune mais son niveau n’est plus le même car ce n’est que grâce à l’absence de concurrence qu’il est resté titulaire aux Blues malgré des performances décevantes cette saison. Je ne l’imagine pas retrouver son niveau passé à Bayonne. Son compatriote Sione Lauaki est certes déjà connu en France mais je le vois bien continuer à se baser sur son physique, à baisser de niveau pour ensuite partir au Japon prendre de l’argent comme Jerry Collins.

Mark Chisholm (Bayonne)
Et enfin Mark Chisholm, bon deuxième ligne mais loin d’être la star annoncée, ses sélections chez les Wallabies étant plus dues aux blessures des titulaires et à la pénurie de deuxième ligne qu’à son propre talent.

Matt Dunning (Biarritz)
Pour continuer sur la côte basque, la blague de l’intersaison revient à Biarritz avec le recrutement du sumo Matt Dunning! J’ai d’abord cru à une blague mais si, Serge Blanco l’a fait! Il a recruté l’un des plus mauvais piliers Australiens de l’histoire.

Ejecté des Waratahs en 2009, il n’a jamais été titulaire indiscutable avec la modeste Western Force. Décrié pour sa tenue en mêlée fermée (voir les commentaires d’après match des anglais en 2007), il est également trop lourd pour être mobile! Le seul heureux sera le proprio du McDo de Biarritz car les jeunes piliers espoirs du BO devraient l’avoir mauvaise.

Ricky Januarie (Lyon)
Enfin la dernière supposée star ayant posé ses bagages en France se nomme… Ricky Januarie. Si ses débuts internationaux ont été très bons tout comme ses années avec les Cats puis les Lions, il est depuis resté dans l’ombre de Fourie du Preez. Après son départ des Lions pour les Stormers, son niveau de jeu a fortement baissé, et il n’a que rarement été titulaire indiscutable à Cape Town, dépassé par Dewaldt Duvenage à partir de 2010. Les mauvaises langues diront que ses dernières sélections avec les Boks étaient plus politiquement correctes qu’autre chose, Duvenage, Vermaak ou Hougaard méritant plus le poste.

Son bref transfert aux Ospreys n’a pas non plus été une franche réussite. Souhaitons aux Lyonnais qu’il apporte son expérience à un groupe promu mais sa discipline n’a jamais été exemplaire. Il a en tout cas évité l’humiliation d’une non-sélection en équipe nationale en annonçant très tôt sa retraite internationale.

Les probables bonnes surprises

Il ne sont pas forcément internationaux et leur nom n’est connu que de ceux qui suivent assidument le Super Rugby mais ils pourraient être les révélations de ce Top 14 2011-12.

La grosse côte revient au néo-Toulonnais David Smith, transfuge de la Western Force où son départ laissera des traces! Oublié par les Hurricanes fin 2010, Richard Graham s’est empressé de signer l’ailier d’origine Samoane qui a explosé à Perth. Les premières impressions de ses performances lors des matchs amicaux sont plutôt positives et je pense sincèrement qu’il sera la grosse satisfaction sur la rade cette saison.

Leroy Houston nous vient également d’Australie, mais de la côte Est et de la province ayant remporté le Super Rugby, les Queensland Reds. S’il a peu participé aux matchs cette saison, il a faisait partie du groupe du renouveau de la province mis en place par Ewen McKenzie en 2010. Très prometteur lors de cette première saison, je n’ai pas compris sa mise à l’écart au profit de Radike Samo, même si ce dernier a été très bon. Désormais barré par les jeunes Schatz, Coridas et Gill, Leroy Houston tente sa chance en Europe avant, pourquoi pas, de revenir plus fort down under.

Campbell Johnstone était arrivé sur la pointe des pieds à Biarritz avant de faire l’unanimité. Le Néo Zélandais John Schwalger arrive à Agen avec la même étiquette et devrait être le joueur à suivre du club du Lot et Garonne. Titulaire aux Hurricanes au poste de pilier gauche, il n’a jamais déçu et n’a jamais été détrôné. Son départ laissera un vide à Wellington, aussi bien en Super Rugby qu’en NPC. Les Agenais auraient pu faire coup double, le talonneur Andrew Hore ayant été fortement pressenti avant de signer aux Highlanders.

En provenance d’Afrique du Sud, le néo Springbok Gerhard Mostert et l’expérimenté Anton Van Zyl devraient faire beaucoup de bien au Stade Français. Mostert aurait pu faire partie du renouveau de la seconde ligne des Boks avec les retraites internationales prochaines de Matfield, Botha et Rossouw mais il a préféré tenter sa chance en Europe. Son bail devrait cependant être de courte durée si le successeur de Peter de Villiers souhaite en faire un membre du squad Sud Africain. Anton Van Zyl s’est révélé sur le tard en Super Rugby avec les Lions et les Stormers et, s’il n’a jamais été international, sa performance avec les Barbarians en 2010 a marqué les esprits. Il devrait être l’une des bonnes pioches Sud Africaines dans la lignée des Vosloo, Claassen ou Sowerby. Enfin même s’il ne vient que comme joker Coupe du Monde, Rory Kockott, transfuge des Lions, signe à Castres avec l’espoir de signer un contrat professionnel de longue durée. Et son talent devrait lui permettre de le décrocher.

Les pétards mouillés

Mon but n’est pas de faire de la critique gratuite mais plutôt de mettre en avant l’inutilité de certains recrutements étrangers qui empêchent injustement les jeunes joueurs français d’éclore. Que penser d’un joueur remplaçant voire dans les tribunes avec les Queensland Reds période pré-McKenzie (quand ils finissaient derniers ou avant derniers), passé ensuite par Tasman, le plus faible club engagé en ITM Cup et réduit ensuite à jouer en Queensland Premier League par manque de propositions? Pas grand chose à première vue, mais pourtant le CA Brive a vu en Poutasi Luafutu un bon recrutement pour remplacer Gerhard Vosloo.

Il en est de même concernant Lei Tomiki, rappelé de son club de Pro D2 par les Reds en 2010 mais qui n’a depuis jamais percé à Brisbane. Ce dernier, membre de la Randwick Connection, a rejoint Michael Cheika et le Stade Français. Je suis profondément perplexe concernant ces deux recrutements, mais il faut croire que les présidents de clubs n’aiment pas trop regarder les statistiques des joueurs avant de les recruter.

Les amis de la FACEM ont également recruté Aled de Malmanche, affublé parfois du statut de talonneur des All Blacks alors qu’il n’est également que le cinquième choix. Après avoir perdu sa place de titulaire chez les Chiefs, Aled tente sa chance en Europe mais ne devrait pas inquiéter Szarzewski. Laurent Sempere doit tout de même l’avoir mauvaise car il n’a pas grand chose à lui envier.

Pour finir avec Paris, je ne peux pas trop parler des performances de Morgan Turinui avec Dax, mais ses dernières années en Australie ont été calamiteuses. Écarté par les Waratahs fin 2007, il s’est ensuite effondré chez les Reds avant de signer en France. Les Australiens sont en tout cas étonné de voir que Morgan a signé dans un club prestigieux!

On terminera avec mon préféré, que je ne classe pas dans la catégorie « stars » car il n’a rien prouvé à XV, Willie Mason! Lors de mon passage en Australie j’ai plus entendu parler de Mason dans la rubrique « faits divers » que dans la page NRL. Alors que les offloads de Sonny Bill Williams commencent à lasser, Boudjellal retente le coup avec son ancien coéquipier chez les Bulldogs qui est cependant âgé de plus de 30 ans. Certes monstrueux physiquement, ce recrutement est à mes yeux une perte d’argent pour les Toulonnais, et quitte à recruter un treiziste, autant s’intéresser à Greg Inglis, Billy Slater, Akuila Uate, Jo Thurston ou Benji Marshall!

Wait and see

Difficile de se faire un avis sur certaines recrues, bons joueurs dans leurs franchises d’origine ou anciens grands espoirs. Pat O’Connor déçoit peu mais n’est pas non plus un exceptionnel seconde ligne. Comme pour Chris Thomson qui s’était engagé à Narbonne l’an passé, son départ passera inaperçu chez les Waratahs. Il peut cependant apporter beaucoup à Agen grâce à son expérience du Super Rugby (avec la Force et les Tahs) ainsi qu’en NPC.

Luke Rooney a laissé un très bon souvenir à Toulon mais son retour aux Melbourne Rebels a été un échec complet. J’espère pour lui qu’il retrouvera son niveau de la saison 2009-10 en France.

Le Stade Français a recruté Francis Fainifo des Brumbies, ailier réputé rapide et costaud. Il n’a cependant pas toujours été titulaire l’an passé et n’a jamais été dans la short list des Wallabies depuis ses débuts pro en 2007 bien qu’il ait fait partie de l’Australie A en Pacific Nations Cup. Difficile de savoir s’il réussira en France ou si son passage sera un échec.

Idem pour Paul Bosch qui arrive à Montpellier avec une petite expérience en Super Rugby avec les Stormers. Il est cependant un habitué de la Currie Cup et de la Vodacom Cup depuis 2006. De nombreux espoirs arrivent en France faute d’opportunités dans leur pays.

Tala Grey (Biarritz) devait être « the next big thing » de la troisième ligne des Waratahs et des Wallabies mais des blessures à répétition ont freiné son ascension. Espérons pour lui que son physique ne le lâche pas car sa réputation reste intacte à Sydney.

Alex Rokobaro (Stade Français) est lui moins connu dans la capitale du New South Wales malgré quelques apparitions avec Sydney University. Bien que testé par les Rebels, il n’a jamais évolué pour la franchise de Melbourne en Super Rugby. Son recrutement reste une énigme mais avec les fidjiens, on ne sait jamais!

Enfin le Sud Africain Andries Ferreira (Biarritz) et le Namibien Conrad Marais (Montpellier) arrivent en France avec une bonne réputation après leurs performances récentes avec les Baby Boks ou l’équipe première de la Namibie.


Retrouvez deux fois par mois sur rencontresaxv.fr, la chronique d’Adrien de sudrugby.com

1 commentaire sur “Top 14 : la vérité sur les recrues Sudistes”

  1. […] J’aurais pu intituler cet article vérité et mensonges sur les recrues de l’hémisphère sud tant les présentations de certains joueurs ont été grotesques. Je me suis concentré sur les joueurs en provenance des trois grandes nations du sud dans cet article n’ayant pas de connaissances assez poussées des championnats Argentins ou Islanders (bien que les recrutements de Nicolas Sanchez à Bordeaux et Maximiliano Bustos à Montpellier me semblent très intéressant). Cet article ne reflète bien sur que mon avis, forgé au fil des matchs du Super Rugby ou des compétitions nationales vues ces dernières saisons. Nous verrons bien si je me suis trompé en fin de saison! Vous pouvez également consulter cet article sur le blog rugby Rencontres à XV. […]

Donnez votre avis