Où sont passés les Bleus ? - Rencontresaxv.fr Rencontresaxv.fr est un blog sur le rugby qui traite de l'actualité du rugby en France et à l'étranger. Pour les amoureux du ballon ovale

Rencontresaxv.fr

Où sont passés les Bleus ?

"Je sais où je vais" a déclaré Marc Lièvremont après la défaite face au Tonga (by Stu Forster/Getty Images AsiaPac)

C’est le malaise et la gueule de bois pour l’Equipe de France après la défaite 19-14 face aux valeureux tongiens, et une qualification quasi-volée pour les quarts de finale

Nul besoin d’écouter les débats d’après match et les excuses de Dusautoir et de ses petits camarades, la prestation des bleus a choqué les amateurs du rugby et les amoureux du XV de France. Les français ont affiché à la face du monde un bien triste visage, débordés quasiment dans tous les compartiments du jeu, démobilisés.

Les incohérences dans les choix de Marc Lièvremont éclatent au grand jour. Lors de la conférence de presse d’après match contre les All Blacks, le sélectionneur s’était, à juste titre, emporté contre un journaliste lui demandant si la France pouvait encore gagner la coupe du monde. Cette, question, tout le monde se la pose pourtant aujourd’hui, après une défaite face à des joueurs qui, pour certains, évoluent au niveau de fédérale française. Que reste-il de ces 4 ans de l’ère Lièvremont ? Sur quelles bases solides a t-il appuyé sa stratégie pour cette préparer sa coupe du monde ? Aucune réponse ne s’impose, car il n’y a pas eu de continuité dans l’action. C’est sans doute la sa principale erreur, parfaitement illustrée par le problème de charnière (inexistante face aux tongiens), et le coup de bluff loupé avec Morgan Parra en N°10, un choix hallucinant, quant on sait que le sélectionneur avait misé, depuis 2007 sur François Trinh-Duc. Le montpelliérain est désormais grillé psychologiquement, victime de ces paris hasardeux du sélectionneur. Dans la compétition reine, s’appuyer sur une épine dorsale en place, structurée autour de cadres de jeu et d’une charnière habituée à jouer ensemble, paraissait indispensable…

Après l'exploit, le sourire des tongiens qui sortent de ce mondial la tête haute (by Alex Livesey/Getty Images AsiaPac)

Avec la valse des postes, les bléssés qui reviennent trop tard, l’absence d’équipe type clairement indentifiable, ce XV de France version Lièvremont a vécu son temps, désormais condamné à l’exploit.

Pas d’échappatoire pour autant, les acteurs de cette pièce de plus en plus angoissante sont bien les joueurs, seuls présents sur le terrain, mais qui depuis le début de la compétition semblent absents. Que se passe t-il dans ce groupe, les joueurs prennent-ils du plaisir sur le pré  et ont-ils réellement  les moyens d’aller plus loin dans la compétition ? Avec le stress d’être sélectionné (ou pas) d’un match sur l’autre, la bataille d’égos et l’individualisme prennent-ils le pas sur l’esprit collectif ? Samedi sur le terrain, les français semblaient amorphes, totalement incapables de se rebeller et de réagir d’une seule voix, pas vraiment vexés de se faire remuer. Seul le trident offensif Clerc-Médard-Palisson a donné un peu de baume au cœur pour les supporters, mais l’ensemble est bien pâle, et la qualification en quart tombée du ciel, il y a peut-être une bonne étoile au dessus des bleus.

Cette semaine, une seule question compte : les joueurs sont-ils capables de réagir et de digérer cette phase de poule ratée ? Il paraît que le coq continue de chanter quand il a les pattes dans la merde, cette fois-ci le coq est mouillé jusqu’au cou, alors faut y aller !

Donnez votre avis