Arbitrage de la finale de la coupe du monde de rugby 2011 - Rencontresaxv.fr Rencontresaxv.fr est un blog sur le rugby qui traite de l'actualité du rugby en France et à l'étranger. Pour les amoureux du ballon ovale

Rencontresaxv.fr

« La coupe du monde a été gagnée sur la base d’une absence de décisions arbitrales »

Loin de nous l’idée de vouloir remuer le couteau dans la plaie. Simplement, l’envie de montrer à tous, Français, que les décisions de Craig Joubert durant la finale de la coupe du monde 2011 n’en étaient pas. Pour cela, nous avons décidé de retranscrire l’émission d’après match de la chaîne Setanta, présentée par Matt Williams et Neil Francis, qui sont loin d’être des novices en matière de rugby. Histoire d’avoir un avis neutre. Morceaux choisis.

Matt Williams : La coupe du monde a été gagnée sur la base d’une absence de décisions arbitrales.
[…] Sur la première action, « Woodcok ne peut pas contester le ballon, il n’est pas sur ses appuis ». Craig Joubert ne peut donc pas siffler faute contre la France.

[…] Sur la deuxième action, « regardez Richie McCaw : il n’est pas sur ses appuis et il continue à jouer le ballon ! ». Pourquoi Craig Joubert ne le lui signale pas (au minimum)?
[…] Sur la troisième action, « voilà la meilleure : observez bien Kieran Read, il est hors-jeu, puis il revient dans son camp. Aucun problème avec ça, c’est comme ça qu’il faut faire. Maintenant, regardez la même situation avec Morgan Parra pour la France. Hors-jeu, il revient… (il est pénalisé) ». Deux poids, deux mesures?

[…] Sur la quatrième action, « Plaquage haut, c’est une pénalité ». Craig, réveillez-vous!

[…] Sur la cinquième action, « encore une autre… Kahui, pas sur ses appuis… (Kahui talonne à la main, la balle est récupérée ainsi par les Blacks qui vont à l’impact et percutent Dusautoir) Regardez ! (Dusautoir conteste la balle en restant sur ses appuis). Il y a pénalité pour Dusautoir ! (l’arbitre ne siffle pas). C’est tout bonnement incroyable! »

[…] Sur la sixième action, « Regardez Richie McCaw qui joue le ballon alors qu’il n’est pas sur ses appuis… Et les français ne récupèrent pas de pénalité… »

[…] Sur la septième action. « Regardez celle-là, c’est la meilleure… c’est une non-décision. Regardez Kaino […] c’est honteux comme vous pouvez le voir […] il lui demande de relâcher le ballon. Et regardez…
Regardez Kaino…pas sur ses appuis…et il commet un avant derrière…Et regardez ces joueurs qui sont hors-jeu… il y a 4 pénalités sur cette action. Et il refuse de prendre une décion. Honteux, honteux. C’est scandaleux à une coupe du monde…tellement triste. Malheureusement, il favorise toujours la Nouvelle-Zélande…C’est tellement triste qu’on ait à parler de ça… »

[…] Huitième action, « une autre action en cours où les français contestent le ballon de façon licite et où ils se font pénaliser malgré des talonnages à la main des néo-zélandais et des fautes des plaqueurs)
Je suis très réticent à en parler… »

Matt Williams : Vous voyez, il ne s’agit pas de reprocher quoi que ce soit à la Nouvelle-Zélande. La Nouvelle-Zélande le mérite et c’est une chance pour eux. C’est une consécration pour eux. Il ne s’agit pas de reprocher à la Nouvelle Zélande… c’est que… la France… sur ce match… La France aurait dû avoir deux ou trois opportunités de gagner ce match sur des pénalités car la Nouvelle-Zélande a commis des fautes… […] l’arbitre n’a pas arbitré équitablement. Il n’a pas appliqué les mêmes règles aux deux équipes… On l’a vu. Et c’est pourtant tout ce qu’on attend (d’un arbitre). Et cette Coupe du Monde a basculé à cause de l’arbitrage. C’est vraiment très triste de le dire…

Neil Francis : Je ne pense pas que nous soyons sévère…C’était une performance honteuse… vraiment honteuse de la part de Joubert.

Je pensais que les français savaient ce qui allait arriver avant de rentrer sur le terrain. Je pense que Paddy O’Brien (NDLR : président de l’IRB, néo-zélandais, qui a désigné l’arbitre) a fait tout ce qu’il fallait pour que l’arbitrage soit bienveillant à l’égard de son équipe… Il (Joubert) n’a pas arbitré lorsqu’il aurait dû, il a été complétement incohérent dans ses décisions… et il… oui, c’est la façon juste de le dire… il n’a pas arbitré dans les temps forts… et vous pouviez voir les français, il savaient exactement ce qu’ils auraient à faire… ils savaient qu’il leur faudrait jouer en respectant toutes les règles… je ne suis pas certain de me rappeler du bilan des pénalités mais je pense que c’était deux (pour les Néo-zélandais) contre une (en faveur des français).

A la mi-temps, je pense qu’il y avait huit pénalités à trois. Il a donné quelques pénalités de plus à la France après la mi-temps parce qu’il avait l’ascendant, parce qu’ils étaient là, parce qu’ils étaient les meilleurs sur le terrain et… et cette action de Kaino c’était simplement scandaleux. C’était sur la ligne des 40 mètres, ça aurait été une pénalité tout à fait à la portée de Trinh-Duc… il en a loupé une… mais…

Matt Williams : et ce qu’on peut dire sur l’arbitre… euh, ensuite on va arrêter sur l’arbitrage…

Neil Francis (hilare) : on est bien parti pourtant…

Matt Williams (riant aussi) : il ne faut pas nous faire dire que nous sommes en train de déclarer que la Nouvelle-Zélande ne mérite pas sa victoire en coupe du monde. Je le répète, il la mérite. Mais simplement, je pense que la France mérite les pénalités qui lui auraient permis de gagner et…
Et… il ne voulait simplement pas être la personne qui prendrait la décision qui ferait perdre la coupe du monde à la Nouvelle-Zélande. Il n’a pas pris ses responsabilités.

Neil Francis : Comment pouvait-il… je veux dire il était uniquement à quelques mètres… de Kaino… quand Kaino est passé par dessus, a joué le ballon sans être sur ses appuis, n’est pas revenu d’une position de hors-jeu… je veux dire 3 ou 4 pénalités…
Donc…

Matt Williams : Ca signifiait la défaite !

Neil Francis : Oui…

Matt Williams : Je ne.. je ne… tout ce que nous pouvons faire c’est le pointer du doigt.

Neil Francis : si la France avait eu cette pénalité… on aurait eu sans doute possible une situation où il les aurait ramenés dans le match, et il leur aurait donné une opportunité de gagner ce match. C’est sûr et certain.

Matt Williams : On a fait les louanges de tout le monde (pendant cette coupe du monde) hormis la France, et on doit donner du crédit à la France. Ils ont joué vraiment très bien joué. Et la finale était une super finale.

Le dossier est désormais clos. Et en plus, ça nous a fait du bien!

Xavier pour rencontresaxv.fr

10 commentaires sur “« La coupe du monde a été gagnée sur la base d’une absence de décisions arbitrales »”

  1. Yann dit :

    Non mais faut arreter avec l arbitre, on avait qu’a mettre le drop ou la penalite que l’on a eus et puis c est le seul match ou on a eté bon sur 1 mois et demi !!
    La meilleure équipe du monde sur le tournoi a gagné et heureusement !

  2. Xavier dit :

    Hello Yann,

    L’émission date du 23 octobre, et ce sont deux techniciens (anciens joueurs tous les deux) qui discutent d’un point de vue tout à fait neutre, l’un est australien (hémisphère sud) et l’autre est irlandais (hémisphère nord donc). C’est pourquoi cet extrait est intéressant.

    L’analyse au final va plus loin qu’une simple question sur la performance de Joubert.

    C’est sur l’arbitrage dans le rugby en général et l’IRB.

    Sont pointées en filigrane :
    – les incohérences entre les matchs
    – les incohérences entre hémisphères
    – l’influence de l’IRB

    Par ailleurs, le rugby est un sport dont les règles ont beaucoup évolué ces dernières années. On voit bien qu’avec ce cloisonnement entre hémisphères (et ce malgré les test-matchs) on arrive à des situations déséquilibrées.

  3. Richard dit :

    je suis rassuré je connais bien les règles du Rugby votre article confirme mes doutes sur l’impartialité de l’arbitrage. Et vous remercie d’avoir eu le courage de pointer le doigt sur ce fait

  4. Wolfisco dit :

    Let the numbers do the talking:

    Pool stage
    New Zealand 37 – 17 France
    France 14 – 19 Tonga
    New Zealand 41 – 10 Tonga

    Pool A final standings
    New Zealand 20 points
    France 11 points

    Plus France got lucky once – you can not get lucky twice in a row during the world cup – it was 14 against 15 for a long time during this match
    Wales 8 – 9 France

    May the best team win!

  5. Yann dit :

    Salut Xavier,

    Je m’empresserai de regarder l’emission ce soir calmement chez moi :) mais effectivement je partage tes propos :)

    merci

  6. Laurent dit :

    Au moins cela démontre plusieurs choses évidentes : 1) l’arbitre n’a pas pris ses responsabilités lors de cette finale qui aurait dû être remportée par nos méritants garçons par plus de 20 points d’écart; 2) c’est bon d’avoir un NZ comme chef des arbitres quand on organise la coupe du monde ; 3) que cette génération de joueurs AB mérite peut-être son titre mais mériter et gagner sont deux choses différentes ; 4) accorder une pénalité pour se racheter quand on en accorde aucune sur la centaine d’évidentes avant celle-là c’est du grand n’importe quoi ; 5) les arbitres de touches passent un bon moment lors des matches. Allez les bleus !!!!

  7. johan dit :

    Arbitre sportif

    (Redirigé depuis Arbitre (sport))

    Aller à : Navigation, rechercher

    Arbitre de hockey sur glace
    Un arbitre, quel que soit le sport dans lequel il évolue, est une personne impartiale investie d’une autorité par sa fédération de rattachement, qui est chargé de la direction du déroulement d’une épreuve sportive et du respect des réglemente établis par les instances organisatrices.

    Selon le sport, on appelle la personne chargée de faire respecter les règles un ……

  8. Paul dit :

    Bonjour,

    Bref, passons sur les âneries de ces Néo Zélandais, furieux de n’être que des « Champions du Monde quasiment ridiculisés »…

    Mais il est regrettable d’avoir vu des joueurs comme McCaw ou Kaino se comporter comme des voyous, en finale de Coupe du Monde, sous les yeux d’un arbitre indulgent dans tous les domaines, brutalités gratuites et actes d’antijeu.
    Il convenait, pour les All Blacks, de « déboulonner » la tête de Morgan PARRA, joueur de grand talent et précieux dans ce genre de match, même si Trin Duc a ensuite rendu une fort belle copie.
    Le violent coup de genou, pas innocemment plié, de McCaw sur le front de Morgan, lors d’un plongeon dans un ruck, puis d’autres coups vicieux et moins vus, mais tout aussi intentionnels et déterminés, d’abord sur sa pommette droite, ensuite sur la gauche, ont eu raison du culot de ce joueur courageux et méritant qui avait pris une grande part dans l’accession à cette finale et qui constituait une menace par la qualité de son coup de pied.
    Espérons que ces brutalités de « sauvages » (plancher orbital enfoncé) ne laisseront pas de séquelles à Morgan, notamment comme parfois, sur le plan de la vision… et de ses cervicales déjà touchées à plusieurs reprises.
    Cela est indigne des All Blacks et ne rend pas respectables les auteurs ci avant cités.
    Souhaitons à Morgan un prompt et complet rétablissement !

    Débordant de ce sujet, il est surprenant de voir le consensus général des milieux rugbystiques et des médias, autour du fait que la situation actuelle dans d’autres domaines, propre à la Nouvelle Zélande, imposait que la Coupe du Monde revienne aux All Blacks, d’où l’arbitrage à l’évidence téléguidé et on ne peut plus partial de Monsieur Craig JOUBERT.
    Les All Blacks pouvant quasiment tout se permettre dans leur camp, pourrissement de ballons, hors-jeu, contournement de mêlée au sol, …, sans risque d’être sanctionnés.
    A l’inverse des français.
    Le silence à posteriori des mêmes milieux confirme leur signature tacite au bas de « l’Histoire écrite à l’avance de cette Coupe du Monde 2011 ».
    Il est inadmissible que les difficultés d’un pays, aussi réelles soient elles, viennent interférer à ce point sur le résultat d’une confrontation sportive où les acteurs viennent de loin au prix de grands sacrifices, participer et s’engager avec tout leur cœur et amour pour leur métier et leur pays .

    Seuls nos joueurs héroïques ont contesté courageusement sur le terrain l’hypothèse de départ, consistant à admettre que les Néo Zélandais devaient absolument gagner chez eux, certains d’entre eux exprimant ensuite leur écoeurement quant à l’attitude de Monsieur Craig JOUBERT.
    Même Marc Lièvremont, trop silencieux à mon sens, m’a semblé baisser les bras et … ne pas être surpris du dénouement final.
    Sur ce match précisément, mais aussi sur la Coupe du Monde en général, nos rugbymen ont été dupés, trompés par tout le « système », et en définitive, floués et volés…, tout simplement !
    Abusés et embarqués inutilement dans une compétition et une finale, en laquelle ils croyaient mais, dont le résultat était scellé avant qu’elle ne commence…

    Je rajouterai ici qu’il convient de ne pas tout mélanger et de confondre la « chance » qui nous avait fait gagner en demi finale, avec « l’injustice », en l’occurrence consentie et acceptée par tous les intervenants à l’exception des joueurs, qui a fait perdre à la France cette magnifique finale !!!
    Bravo les gars, cette Coupe du Monde, vous la méritiez !!!

  9. jean-Marc dit :

    exactement, il ne faut pas confondre:
    – la demi finale ou les gallois ont perdu de part le plaquage dangereux / l’exclusion et de part leur maladresse au pied, c’est donc bien du fait de leurs seules actions qu’ils ont perdu.
    – la finale ou la France a perdu du fait d’un arbitrage arbitraire. Toute la différence est là: nous devrions bien être champion du monde, et dans le milieu du rugby, dans tous les pays, tout le monde le sait.
    Seulement que retiendra l’histoire ? pas les détails, que le nom du vainqueur.

  10. Almost all that you want potential customers to locate body businesses a breeze and effectively.

Donnez votre avis