Rencontresaxv.fr est un blog sur le rugby qui traite de l'actualité du rugby en France et à l'étranger. Pour les amoureux du ballon ovale

Sans le Pays de Galles, la tasse…

Les internationaux français, argentins et italiens étaient rentrés dans leurs chères contrées cette semaine pour y disputer la 12ème journée de Top 14 Orange. Dans le même temps, les équipes de l’hémisphère sud clôturaient leur tournée européenne. La Nouvelle-Zélande était opposée au XV de la rose dans un Twickenham bondé alors que l’Australie jouait au Pays de Galles. Les fortunes ont été diverses…bien heureusement.

L’Angleterre voulait se racheter après sa déconvenue 6-42 face à l’Afrique du Sud. En vain. Le XV de la rose et son entraineur Martin Johnson ont encore bu la tasse. Face à une équipe des All Blacks qui a fait le minimum pour l’emporter largement 6-32.
Trois matchs d’automne qui annoncent des lendemains difficiles à une équipe qui a perdu de sa splendeur et qui n’est plus la meilleure équipe de l’hémisphère nord. Il reste un peu plus de deux mois à l’ancien capitaine du XV de la rose pour essayer de bâtir une équipe solide. Il y a du travail. A plus long terme, on peut parler de 3 ans avant l’échéance mondiale. A savoir si Johnson sera encore à la tête du XV anglais?

La satisfaction de cette tournée restera sans aucun doute le Pays de Galles qui a défendu fièrement l’hémisphère nord qui était à deux doigts d’être ridicule. C’était sans compter sur les gallois qui sont venus a bout d’une équipe d’Australie qui était prenable. Ce n’est pas les 15 bleus sur le pré la semaine passée qui diront le contraire. Prenable sauf qu’à la différence de la France, le Pays de Galles sort de ce match avec une victoire à la clé – après ne pas avoir été ridicule coup sur coup face à l’Afrique du Sud et à la Nouvelle-Zélande – en ayant marqué un essai qui est, à mon avis, l’un des plus beaux de cet automne 2008.

Une tournée à oublier pour les équipes de l’hémisphère nord complètement assommées par le jeu de leurs adversaires. Espérons que nous parviendrons à « reboucher » le fossé au sortir de l’année 2010. Pour préparer cette coupe du monde 2011, promise à la Nouvelle-Zélande, dans les meilleures conditions possibles.

Coupe du monde 2011 / World Cup 2011 : Tirage au sort…

Le tirage au sort a eu lieu aujourd’hui, 1er décembre, à Londres. Voici les poules de la prochaine coupe du monde qui se déroulera en Nouvelle-Zéland dans 3 ans :

Poule A : Nouvelle-Zélande, France, Tonga, Amérique 1, Asie 1
Poule B : Argentine, Angleterre, Écosse, Europe 1, Vainqueur des barrages
Poule C : Australie, Irlande, Italie, Europe 2, Amérique 2
Poule D : Afrique du sud, Pays de Galles, Fidji, Océanie 1, Afrique 1

Une histoire de classement qui nous fait rencontrer la Nouvelle-Zélande dès les matchs de poules, chez eux qui plus est…

Coupe du monde 2011 : coup d’envoi à Londres…

On va savoir. Savoir, ce lundi, si cette défaite face à l’Australie nous portera tort pour la prochaine coupe du monde de rugby qui se disputera en Nouvelle-Zélande en 2011.

Alors que la coupe du monde de rugby 2007 en France est à peine finie et que la prochaine commencera dans trois ans, Londres accueille l’International Rugby Board pour le tirage des poules de la compétition.

L’ensemble des 20 équipes qui disputera la phase finale est déjà connu. Toutefois, c’est la première fois que l’IRB utilise le classement mondial pour déterminer des chapeaux afin que les toutes meilleures équipes ne se rencontrent pas lors des phases de poule et surtout pour éviter les matchs qui n’ont que très peu d’intérêt puisque gagné d’avance (Nouvelle-Zélande – Portugal lors de la dernière coupe du monde).

Toutefois, je ne pense pas franchement que ce nouveau mode de tirage change grand chose tant les écarts entre les équipes du nord et du sud sont importants et qui plus est lorsqu’elles jouent à domicile.

Ainsi, on retrouve les « chapeaux » suivant :

Les 12 qualifiés automatiques :
Chapeau 1: Les 4 premiers du classement IRB
Chapeau 2: Les 4 suivants (5 à 8 au classement IRB)
Chapeau 3: Les 4 équipes étant classées du rang 9 à 12 pour le classement IRB

Les 8 équipes qui disputent les qualifications :
Chapeau 4: Océanie, Europe, Europe 2, Amérique 1
Chapeau 5: Afrique, Asie, Amérique 2, Place de barrage

Les matchs internationaux de ce week-end entre l’Angleterre et la Nouvelle-Zélande puis entre le Pays de Galles et l’Australie ne sont donc pas de simple test-matchs mais bel et bien des matchs de barrages pour se voir attribuer une poule moins difficile pour la prochaine coupe du monde.

Que pensez-vous de ce nouveau mode de tirage? Peut-il réduire les différences de niveau entre les équipes?

Pour suivre le tirage au sort en direct : IRB – World Cup 2011.

Haka et puis s’en va…

Le Haka est, plus que jamais, le moment où la Nouvelle-Zélande impressionne. Pourtant, ce qui s’est passé samedi 22 novembre dernier au Millennium Stadium de Cardiff devrait rester dans les annales du rugby. Incroyable ! Sans un mouvement, le XV gallois a réussi à faire oublier le Haka qui venait d’être interprété devant eux pour ne lui donner, plus aucune signification.

A vos commentaires !

Les pieds gelés…

Nous aurions aimé une autre fin. L’histoire d’un match qu’on ne devait pas perdre. Pourtant, pour ne pas le perdre, il aurait fallu un peu plus que du combat mais bel et bien de la réussite. De la réussite au pied qui a manqué à David Skrela et qui sella un match dominé dans l’envie par notre XV tricolore.
Fichtre. Il y a quelques jours, j’annonçais la couleur. La copie sera bonne ou pas. Que dire alors du match d’hier?

Du combat, de l’engagement. Nous avons été très bon en mêlée, un peu moins en touche. Mais ce que nous avions vu de brouillon ces deux dernières semaines, nous a paru bon. Chahuter l’Australie et être à la portée d’une victoire écrite, nous laisse comme un goût amer. Des tests de novembre qui aurait pu finir en apothéose et nous propulser au 4ème rang mondial. Il n’en fut rien. Rien à cause d’un manque de réussite de notre buteur David Skrela qui se dit « 100% responsable ».

Assez. Et ces points encaissés alors que nous jouions dans nos 22 mètres à ne plus savoir que faire. Oui, peut-être, le buteur toulousain est responsable (6 pénalités manquées) mais pas coupable. Le carton jaune reçu par ce dernier à la 75ème minute n’est anecdotique d’une soirée en demi-teinte.

Comme souvent nous avons cru en une victoire qui était à porté de pied mais cela montre aussi le long chemin qu’il reste à faire pour rivaliser avec les équipes de l’hémisphère sud. Pas bonne la copie un point c’est tout.

A qui perd gagne…

L’Australie, vainqueur de la France ce samedi soir, a vue son équipe de XIII privée du trophée mondial (lire La coupe du monde des oubliés). Organisateur de la 13ème coupe du monde et déjà vainqueur à 9 reprises de la compétition, les Kangourous se sont fait surprendre par la Nouvelle-Zélande (34-20).

A qui perd gagne aussi en Top 14. Une nouvelle fois privé de leurs internationaux, la plupart des équipes du championnat se sont imposées.
La rencontre phare de la journée mettait au prise l’ASM Clermont Auvergne et l’USAP au Michelin. Solide, l’ASM l’emporte 29-9 en imposant son statut de potentiel demi-finaliste. A noter le retour dans les rangs clermontois d’Aurélien Rougerie.

Bayonne n’en fini plus de surprendre. Une nouvelle victoire – très large – face à Montpellier à Jean Dauger, 42-9.
Dans le derby landais, Mont de Marsan remporte son deuxième match de la saison grâce à une courte victoire 12-6. Toulon, de son côté, l’emporte 10-5 face à Biarritz et met fin à 5 défaites consécutives. La joie d’Aubin Hueber à la fin du match montre le soulagement d’une équipe qui se cherche encore. L’envie montrée ce samedi est peut-être le signe de jours meilleurs sur la rade. Paris et Toulouse s’imposent de justesse malgré des conditions de jeu peu évidente.

Les tests d’automne n’auront ainsi eu que peu d’impact sur les résultats des clubs. Est-ce là, la confirmation que le Top 14 est plus que jamais déséquilibré entre les « quatre » et les autres? Nous en reparlerons dans les semaines à venir.

La semaine prochaine, ce sera le retour du championnat pour les sélectionnés qui auront à cœur d’oublier la déception d’hier au soir…et la notre. La semaine suivante, 6 décembre, verra lui le retour de la H-Cup.

Et, il fera froid…

Au combat…

Après deux matchs de gala dixit la presse écrite cette semaine, qui voyait le match contre l’Argentine comme une revanche de la précédente coupe du monde et le match contre les Pacific Islanders, une première, la France ne va pas
pouvoir continuer à se voiler la face. Samedi définitivement il va falloir être bon et aller au combat face a une équipe d’Australie déjà vainqueur à Twickenham, sans conteste, la semaine passée. Sans conteste au niveau d’un combat qui promet…

Ça ne pouvait pas mieux tomber après que cette équipe ait rendu deux brouillons. La copie sera bonne
ou sera mauvaise samedi et le brouillon n’aura pas sa place. On va savoir. Savoir si cette équipe de France en reconstruction a du cœur.

Celui que nous avions entraperçu au sud il y a de cela 15 jours. Du combat aussi. La titularisation de Sébastien Chabal ne fait qu’exprimer le combat qu’attend nos 22 bleus.

Au combat…pourvu que la copie soit bonne !

KO…

C’est le mot qui me trotte dans la tête à l’heure où je commence cette note. Pour plusieurs raisons…

KO, Jean-Baptiste Elisalde après une terrible agression du feu Napolioni Nalaga en tout début de match. KO dès lors les Pacifics Islanders puisque l’ailier clermontois reçoit un carton rouge mérité. Dès la 18ème minute, le match est plié. Il n’y aura donc pas de confrontation entre la France et les Iliens. Tant pis. Attendions nous mieux?
Oui, du jeu et il y en a eu. Du jeu souvent maladroit face à un adversaire sans réelle opposition si ce n’est l’opposition physique. Le score est large. Comprenez qu’à 14 contre 15, le match n’est plus ce qu’il aurait du être. Le geste de Nalaga est ainsi doublement préjudiciable.

Tirer des enseignements d’un tel match doit être bien difficile pour le staff de l’équipe de France. 5 essais. Oui, mais… c’est ce « mais » auquel il faudra répondre d’ici à samedi prochain et la réception d’une équipe d’Australie qui a mis KO l’Angleterre sur sa pelouse de Twickenham.
Le « vrai » test, ne nous détrompons pas, il est samedi 22 novembre au Stade de France sur les coups de 21 heures.

Dans les autres tests, l’Afrique du sud et la Nouvelle-Zélande ont eu toutes les peines du monde à se débarrasser de l’Irlande et de l’Ecosse…et c’est tant mieux. L’Argentine est venue à bout de l’Italie, 22-14.

Des KO, il y en a eu d’autres. A commencer par vendredi soir où Paris se rendait à Yves du Manoir. Troisième défaite de rang pour le Stade Français (qui jouait avec une équipe pour le moins expérimentale) qui devra rapidement se reprendre (oui mais comment et surtout avec qui?) vendredi prochain face à un C.O qui s’est donné un peu d’air face à un autre stade, le stade montois qui reste dans les profondeurs du classement.

KO, l’ASM à cause de la botte d’un certain Andy Goode qui permet à Brive de l’emporter de deux petits points. Frustrant pour l’ASM qui était privé de quelques joueurs majeurs. Espérons au passage que Nalaga ne sera pas cité. Clermont n’a pas besoin de ça cette saison.

KO, Bourgoin dans un match serré contre un Bayonne qui surprend toujours autant et qui vient chambouler l’ordre établi dans le haut du classement depuis quelques saisons.

Toulouse n’est pas passé non plus très loin du KO. Une victoire de justesse à la dernière minute grâce à une pénalité de Du Toit.

KO, le B.O qui a subit la loi de l’USAP à Aimé Giral. Un B.O qui déçoit encore une fois et montre ses difficultés récurrentes à faire du jeu et à gagner des gros matchs.

Montauban et Dax n’ont pu se départager, 20 à 20.

Le week-end a donc été marqué par l’absence. L’absence des internationaux qui a « faussé » la journée, quoique moins qu’on aurait pu le penser.

Pillé…

La 10ème journée de championnat de Top14 Orange qui débute ce soir avec un alléchant MontpellierStade Français Paris va se dérouler « pillé » (utilisez privé si le mot vous semble trop fort) de ces 50 meilleurs éléments.

La faute à une fédération, une ligue et un « board » enclin à ne pas s’écouter. Chaque année c’est le même problème, chaque année le même imbroglio. Il serait peut être temps que les instances dirigeantes (au même titre que le XIII – voir l’article sur le sujet) se réunissent pour de bon et
« advienent » d’un calendrier digne de ce nom.

Par quatre fois, le calendrier et les journées de championnat se verront tronquées (faussées) par l’immobilisme du « board ». A quoi bon alors jouer une journée de championnat ! A quoi bon se déplacer sans la moitié de son effectif. A quoi bon essayer de jouer les troubles fêtes d’une soirée couronnés par la « connerie » bureaucratique.

Bien sur le championnat ne se résume pas a une poignée de 50 talentueux du ballon ovale. Mais tout de même.

Quel va être l’intérêt de cette journée si se n’est de lancer des espoirs? La charnière du Stade Toulousain peut être qui va voir évoluer Kelleher et Michalack ensemble pour la première fois face à une équipe de Toulon en quête de victoire (et vite).

Les mieux lotis ne sont pas forcement Bayonne, Mont de Marsan ou Bourgoin. A ce titre Bourgoin reçoit Bayonne et le Stade Montois se déplace à Castres. Intéressant. Malheur aux perdants. A noter la réception de Biarritz à Aimé Giral.

Toutefois, ils ne plaindront pas trop les « gros ». Les trois premiers cités qui ne sont pas touchés par les sélectionnés aimeraient surement se voir privés de leurs talents quatre week-end par an.

Alors ne les plaignons pas mais pointons une nouvelle fois cette absurdité calendaire.

Les yeux seront rivés naturellement vers Sochaux pour en voir un peu plus que la semaine passée.
Les yeux seront aussi rivés vers Twickenham qui verra s’affronter le XV de la rose et l’Australie ou encore l’Irlande qui affronte la Nouvelle-Zélande …

Les autres rencontres quand à elles, verront surement des matchs débridés qui n’iront que dans un seul sens.

Championnat ou tests-match, il vous faudra faire un choix ! Le même choix que les 50 gaillards partis défendre leur nation !